À 3h37 jeudi dernier, Aymeric Chappellier et Arthur Le Vaillant ont franchi la ligne d’arrivée de la deuxième étape de la régate Les Sables – Horta, sur AINA Enfance et Avenir. Le duo s’octroie ainsi la première place à l’issue d’une course menée de front. Sur une monture mise à l’eau il y a à peine plus d’un mois, les deux skippers ont réussi à tenir tête aux deux plus redoutables clients du circuit des Class40, en l’occurrence Tales II et Imerys.

Le suspense aura duré jusqu’au bout et les écarts infimes : à peine 14 minutes entre les deux premiers et tout juste plus de trois quarts d’heures entre le vainqueur et le troisième ! Le skipper Rochelais ne s’attendait pas à une telle performance, un mois seulement après la mise à l’eau de sa nouvelle monture (un Mach40.3), logiquement encore loin d’être complètement validée et fiabilisée.

Aina Enfance & Avenir, bateau vainqueur de la seconde étape de la course Les-Sables-Horta

Aina Enfance & Avenir, bateau vainqueur de la seconde étape de la course Les-Sables-Horta

Huitièmes de la première étape, lui et son acolyte, Arthur Le Vaillant, avaient rencontrés quelques petits problèmes techniques. Lors de cette manche retour, ils ont pu davantage exploiter tout le potentiel de leur machine et naviguer pied au plancher.  Résultat : un retour en  5 jours 08 heures 37 minutes et 35 secondes pour boucler les 1 270 milles du parcours entre les Açores et la Vendée, à la vitesse moyenne de 9,88 nœuds.

Une victoire inattendue pour Aymeric Chappellier

Aymeric Chappellier sur le podium de la régate Les-Sables-Horta

Aymeric Chappellier sur le podium de la régate Les-Sables-Horta – Crédit Christophe Favreau

Voici la déclaration d’Aymeric Chappellier, arrivé premier lors de la seconde étape de la régate Les-Sables-Horta :

C’est une victoire complètement inattendue. On savait que si on était bien placé, on pouvait jouer. Là, ça s’est déroulé un peu comme dans un rêve. Je veux saluer le travail qu’a fait la voilerie Incidence sur les voiles. Elles tombent super bien, elles sont rapides et c’est grâce à ça aussi que le bateau va vite. Au chantier JPS, j’ai eu un bon conseil, Nicolas Groleau, PDG du chantier, m’a dit « en général, c’est toujours les bonhommes qui lâchent avant le bateau ». J’ai écouté et je n’ai pas lâché (rires) !

Nous avons été très rapides au reaching. Plus rapides même que les Espagnols dont le bateau est une référence à cette allure. La différence s’est faite surtout sur des petits détails. Je pense qu’à ce moment-là, on était les mieux toilés. Lors de cette deuxième étape, on a surtout cherché le contact. La première nuit, on l’a passée avec Campagne de France, la deuxième avec Serenis Consulting et la troisième avec Tales II. C’est vrai que quand on était dans un petit paquet, ça nous permettait de nous étalonner, de tester des réglages. A un moment, on a perdu les Espagnols parce qu’on est tombé dans une molle. Ensuite, on est reparti au Nord sur notre option principale, avec Stella Nova, ce qui nous a permis de raccrocher le wagon avec du vent plus favorable et plus fort. Ce qu’on a pu voir et ce qu’on a montré est super prometteur. Au final, arriver à avoir les deux bateaux qui ont tout gagné ces deux dernières saisons, c’est, comme je l’ai dit, complètement inattendu. On savait que le bateau avait le potentiel mais le prouver aussi rapidement, un mois seulement après sa mise à l’eau, c’est vraiment quelque chose. On a bossé comme des fous pour ça depuis le mois de mai, avec des journées de 6h à 22h. On l’a d’ailleurs payé cher à Horta avec des infections pour Arthur et pour moi. On a bien navigué et on a porté haut les couleurs de l’association AINA. On encourage d’ailleurs les gens à découvrir ses actions auprès des enfants et des mamans à Madagascar.

 

Au final, avec une avance de 13 petites minutes seulement, ce sont les Espagnols Pablo Santurde del Arco et Gonzalo Botin qui l’emportent sur Tales II.

Aymeric Chappellier et Arthur Le Vaillant, vainqueurs du retour Horta-Les-Sables

Aymeric Chappellier et Arthur Le Vaillant sur le podium de la régate Les-Sables-Horta – Crédit Christophe Favreau

Vous devriez aussi aimer

Laisser un commentaire